Passer au contenu

À propos

La nature très particulière de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) découle de sa composition, laquelle permet au Canada d’être membre de plein droit d’une organisation s’occupant de questions européennes. L’OSCE préfère l’inclusivité et le dialogue à l’admission sélective, ce qui lui permet de maintenir ouvertes les voies de communication entre les démocraties occidentales et les pays n’ayant pas manifesté le même attachement aux principes démocratiques. Tandis que les objectifs clés du Conseil de l’Europe sont de promouvoir et de défendre le développement démocratique et les droits de la personne, ainsi que de tenir les gouvernements membres responsables de leur action dans ces domaines, l’OSCE cherche à encourager le développement d’une zone géographique étendue exempte de conflits, allant de Vancouver à Vladivostok, et vise la promotion des principes démocratiques dans les États participants.

Établie en 1975 par l’Acte final d’Helsinki sous le nom de Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a reçu son nom actuel au Sommet de Budapest, tenu en décembre 1994. Elle est définie comme principal instrument d’alerte précoce, de prévention des conflits et de gestion des crises. Les États participants, dont le nombre s’établit actuellement à 57, comprennent tous les États européens, les États-Unis, le Canada, les États qui composaient l’ancienne Union soviétique, et la Mongolie. L’OSCE entretient des relations particulières avec 11 autres États de la région de la Méditerranée et de la région de l’Asie-Pacifique, appelés « partenaires pour la coopération ».

L’OSCE est reconnue comme « accord ou organisme régional » aux termes du chapitre VIII de la Charte des Nations Unies, selon laquelle les États membres « doivent faire tous leurs efforts pour régler d’une manière pacifique, par le moyen desdits accords ou organismes, les différends d’ordre local, avant de les soumettre au Conseil de sécurité ». Toutefois, l’OSCE n’est pas une organisation internationale au sens strict du droit international.

  • Matthieu Boulianne, secrétaire d’association
  • Brian Hermon, conseiller de l'association
  • Robert Mason, conseiller de l'association
  • Laura Munn-Rivard, conseillère de l'association
  • Anne-Marie Therrien-Tremblay, conseillère de l'association
Aucun statuts n’a été publié pour le moment.